À corps Ouvert
Image default

Jamais assez maigre, le livre témoignage d’une ancienne mannequin

En 2016, les témoignages sont encore très peu nombreux au sujet de la mode et du mannequinat. A 18 ans Victoire Maçon Dauxerre fait partie du top 20 des modèles de l’année 2011, demandée par de nombreuses grandes maisons de couture comme Céline ou Lacoste et de grand photographes de mode, elle rentre alors dans un mouvement qui vient aggraver sa santé et sombre peu à peu vers de l’anorexie. Durant cette période on ne parle pas encore de ces sujets, mais Victoire décide de sortir de son silence. L’ancienne top model sort son livre « Jamais assez maigre » et décide de témoigner sur son histoire. Avec cet ouvrage elle raconte ses quelques mois au sein d’une industrie corrompue qui pousse des jeunes filles vers une souffrance mentale et physique pernicieuse et dangereuse.

À 17 ans en pleine révisions du bac Victoire fait du shopping à Paris, quand elle est repérée par un chasseur de mannequins. Engagée par l’agence Elite, elle mesure 1,78 m et pèse 56 kg. Trop grosse ! Ou pas assez maigre. Elle va perdre 9 kg en ne mangeant que trois pommes par jour, afin de répondre aux exigences tyranniques des maisons de couture.
En septembre elle atteint la taille 32, sésame indispensable pour briller lors des castings, et participe avec succès à sa première fashion week à New York. Avec Milan et Paris, elle enchaîne vingt-deux défilés pour les plus grands créateurs : Céline, Alexander McQueen, Miu Miu, Vanessa Bruno… Elle entre dans le Top 20 des mannequins les plus demandés.
Mais derrière la soie et les paillettes Victoire découvre un système inhumain : des adolescentes que l’on prend pour des femmes sont traitées comme des objets. La sélection est impitoyable et la maigreur devient une obsession. Elle est emportée dans la spirale de l’anorexie. Sept mois après ses débuts fracassants, elle fait une tentative de suicide et passe des podiums à l’hôpital.

Ce témoignage bouleversant nous montre l’envers du décor du monde de la mode et les coulisses inhumains que les mannequins subissaient. Pour la top model le déclic à été lors d’un shooting à Paris en décembre, le groupe de mannequins dont elle faisait partie shootaient en petite tenue dans le froid d’hiver, alors que l’équipe de tournage était, elle, bien couverte. Rien n’est proposé aux tops models pour se couvrir, Victoire décide alors de se mettre à l’abri dans la caravane. Sacrilège. Son agent s’emporte et lui balance « Mais pour qui tu te prends ? Tu n’es qu’un mannequin. »

Ostéoporose (maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la densité des os) à même pas 20 ans, aménorrhée (absence des règles), sur-pilosité due au manque de nourriture, frilosité extrême, évanouissement… Victoire nous dévoile le quotidien de certaines mannequin. Une amie de Victoire lui confie même au cours d’un rendez-vous pro, qu’une mannequin est décédée juste après un casting. Victoire se détruit mais surtout elle est poussée à se détruire et autour d’elle, quasiment tout le monde trouve ça normal.

La mère de Victoire est très présente pour elle, lors des événements dans sa carrière, c’est son repère, son pilier dans cette vague d’émotions qu’elle subit et cette solitude qu’elle ressent. Mais elle ne saisit pas tous de suite la gravité de la situation, jusqu’au jour où elle découvrira sa fille manger un poulet rôti entier. Ce fût, pour elle, un choc de réaliser que la santé de sa fille ne tenais qu’a un fil au vu de cette situation.

Victoire décide d’abandonner son travail définitivement suite à de nombreuses prises de conscience sur sa santé mentale et physique. Elle se sent vide, le stress la ronge et la faim la consume peu à peu. Victoire est malade et souffre d’anorexie mentale. Elle est en train de mourir. En raison d’une tentative de suicide, elle a finalement été prise en charge et a commencé à se reconstruire loin des podiums.

Désormais en France depuis 2017, une loi de 2015 est enfin entrée en vigueur : Un certificat médical est maintenant obligatoire pour un mannequin, il est basé sur l’IMC et l’état de santé général. Désormais Victoire grâce à son livre et ses interventions médiatiques, met en garde les jeunes filles attirées par les promesses de gloire tout autant qu’elle alerte sur les dangers véhiculés par le monde de la mode comme l’obsession de la minceur, la pression mise sur l’apparence féminine et de plus en plus sur l’apparence masculine.

Découvrez Victoire Dauxerre lors d’une interview ou elle nous raconte son combat contre des troubles du comportement alimentaire (TCA)

Découvrez également l’article de Camille  » Mode et inclusivité, incompatibles ? « 

 

Justine

Cela pourrait vous intéresser

L’excision

Justine

Elles redéfinissent les standards de la beauté

Camille

Ne réduisons pas un corps à une taille !

Justine