À corps Ouvert
Image default

La thérapie par la danse

C’est prouvé, bouger son corps est bon pour la santé. Une activité physique régulière permet d’être bien dans ses baskets et bien dans sa tête. Le sport libère des endorphines, hormones du plaisir et permet de se vider l’esprit comme l’a mentionné Justine dans son article Danser pour se libérer.

Pour aller plus loin je me suis renseignée sur une pratique encore méconnue, entre la psychologie et le sport : la thérapie par la danse. Bien encadrée, cette pratique permet à celles et ceux qui la pratiquent de libérer des émotions parfois ancrées depuis des années, d’affirmer leur personnalité, de prendre confiance :

« cette reconnexion à mes ressentis corporels et cette invitation à y poser des mots m’ont permis de me redécouvrir ».

Entretien avec Anne-Marie Triolle, qui après plus de vingt ans dans l’aide et le développement (sophrologie, coaching, communication non violente, cohérence-cardiaque) a créé le mouvement de la Danse de Plein Potentiel® .

Comment définiriez-vous la thérapie par la danse ?

« Une pratique simple et puissante pour retrouver la liberté et la joie d’être Soi ! »

La Danse Thérapie facilite la dissolution des blocages du corps, du mental et des émotions.  C’est une voie de connaissance de soi par le mouvement,  qui regroupe beaucoup de pratiques différentes les unes des autres. Certaines sont d’approche psychanalytiques ou psychothérapeutiques, d’autres sont basées sur le rythme comme la danse des 5 rythmes, la reconnexion à l’élan vital avec la biodanza ou encore sur le chamanisme comme la danse médecine. Le point commun à ces différentes pratiques c’est le mouvement. Je dirais que c’est la danse qui en elle-même est thérapeutique et le « mouvement dansé » est le thérapeute.

La Danse de Plein Potentiel®, invite à la connaissance de soi  par le mouvement au niveau corporel, émotionnel et mental et qui permet la transmission d’une pratique de la danse libre en autonomie.

Quels sont généralement les profils des patients ?

Les séances s’adressent à toute les personnes désireuses de se connaître par le mouvement, par la danse et à toutes celles désireuses de retrouver leur créativité et leur expression naturelle et unique, ce quel que soit l’âge ou la condition physique. Cela ne nécessite pas de « savoir danser ». Les danses codifiées nous placent dans un monde de représentations, la pratique quotidienne de la Danse de Plein Potentiel ® libère notre façon spontanée, unique et naturelle d’être au monde.

Elle se pratique en groupe ou en individuel, dans un cadre institutionnel (IME, EPHAD, établissements scolaires, Centres d’accueil) ou dans le cadre de séances d’accompagnement en psychothérapie, en Kinésithérapie, en diététique, en ateliers créatifs , en ateliers parents-enfants , en cours de danse, en suivi sportif ou artistique ainsi qu’en ateliers stages et cours pour tout public.

Qu’arrivez-vous à guérir grâce à cette pratique ?

Je ne parle pas de guérison mais de « facilitation », les personnes que je forme sont donc des « facilitateurs » car je ne vois pas de gens malades en face de moi, plutôt des êtres humains en exploration souvent douloureuse d’eux-mêmes.

Je pense qu’un des piliers de l’approche est le contact avec nos émotions refoulées. La musique est une puissante clé, un « pass », qui déverrouille l’accès aux ressentis. C’est d’une puissance et d’une rapidité incroyable. On ne peut pas esquiver ou se cacher bien longtemps et nous retrouvons, pas de danse après pas de danse, le chemin de l’amour de soi. Ainsi nous gagnons au quotidien en « amplitude de nous » , nous intégrons un nouveau paradigme fondé sur l’amour de soi, sur une façon plus large de nous envisager et d’exister.

En quoi est-ce différent d’un suivi psychologique « classique » ?

La thérapie par la danse permet la mise en mouvement de toutes les structures de la personne accompagnée, aussi  bien au niveau corporel, qu’au niveau émotionnel. Cela  a un impact fort sur  la représentation qu’elle a d’elle-même. Selon mon expérience la personne s’accepte mieux dans tous ses aspects et sa relation à elle devient plus aimante. En esquissant de nouveaux pas, en traversant de nouveaux ressentis elle s’envisage sous de nouvelles  possibilités. Sa façon d’être au quotidien devient plus joyeuse, plus authentique, plus large et plus vraie. La possibilité de mouvement du corps s’agrandit, se fluidifie naturellement et sans efforts. Des raideurs disparaissent, des symptômes  s’évanouissent parfois…

La relation d’accompagnement diffère également, le Facilitateur n’a pas de savoir sur l’autre comme dans une relation de docteur à patients, il est dans une relation d’alliance basée sur l’écoute corporelle et sur l’accueil émotionnel. La relation ne se base pas sur le transfert et le contre-transfert comme levier thérapeutique, elle se base sur une rencontre d’être à être qui transforme l’accompagnant et l’accompagné dans l’espace créé.

Comment se déroule une séance de thérapie par la danse ?

Dans une séance le facilitateur ne donne jamais d’indications sur comment danser, la personne est libre de ne pas bouger, elle se laisse traverser et habiter pas ses mouvements corporels et émotionnels ; ainsi chaque participant peut réellement faire l’expérience de s’autoriser à être pleinement lui.

Par le Mouvement Dansé  et par l’accueil des sensations corporelles et des émotions, la personne accompagnée  peut intégrer une nouvelle connaissance d’elle même où cesse tout état de lutte et de combativité envers elle, alors l’énergie unique qui est la sienne peut enfin s’exprimer pleinement.

Nous pleurons et rions beaucoup dans une séance, c’est très vivant !

«  Vivre pleinement mes émotions, être libre dans mes mouvements, être telle que je suis, voilà ce que j’ai vécue cette année en Danse de plein potentiel. Avoir cet espace de liberté en danse est un réel cadeau. »

Si la pratique de la Danse de Plein Potentiel® vous intéresse, rendez-vous ici pour en savoir davantage.

Merci à Anne-Marie Triolle pour ses réponses détaillées qui ont mis en lumière une nouvelle façon d’appréhender et d’aimer son corps.

Cela pourrait vous intéresser

Faire face aux critiques sur la minceur

Justine

Douze Février : une belle leçon de vie

Luna

Zak Khchai le présentateur de « Comment être belle toute nue »

Camille